Bienprêter : le crowdlending au service de l’économie

par | Mar 13, 2023 | Crowdfunding, Crowdfunding | 0 commentaires

L’affacturage et le financement participatif, ça vous parle ? Si ce n’est pas le cas, pas de panique. Il s’agit en réalité des fondements d’une véritable révolution dans le secteur financier, orchestrée par un leader bien de chez nous : Bienprêter. À travers cet article, nous allons plonger au cœur de cette plateforme innovante. On va explorer ensemble les rendements alléchants qu’elle propose, mais sans passer à côté des risques, parfois conséquents, associés à ce type d’investissement.

On vous partage notre point de vue, enrichi par notre propre expérience en tant qu’investisseurs, sur les différentes facettes de Bienprêter. Mais attention, on tient à préciser : ce qu’on vous livre ici, n’est que notre analyse, notre ressenti. En aucun cas, cela ne devrait être pris comme un conseil d’investissement. C’est plutôt une mine d’informations pour vous aider à y voir plus clair.

Et bien sûr, que vous soyez d’accord avec nous ou pas, on vous invite à faire vivre le débat. Partagez vos expériences, vos opinions, dans l’espace commentaires. C’est en confrontant nos points de vue qu’on avance, pas vrai ?

Présentation de Bienprêter

Bienprêter a vu le jour en 2017, fruit de l’initiative d’Ulends. C’est l’histoire de Daisy Montaud et Michaël Martin, deux entrepreneurs avec un solide background en finance et immobilier, qui ont croisé sur leur chemin les défis du financement de créances pour les entreprises BtoC. En chemin, ils ont compilé des centaines de retours d’entreprises brillantes mais laissées sur le côté, malgré une bonne croissance et des carnets de commandes débordants, simplement parce que les banques et les sociétés d’affacturage n’arrivaient pas à leur fournir une solution de financement qui colle à leur modèle BtoC.

C’est là que Bienprêter entre en scène, en mettant un pied dans la porte avec une idée fixe : le financement participatif peut propulser ces entreprises vers le succès. Leur mission ? Remplir ce vide sur le marché et répondre à une demande palpable. D’ailleurs ils sont reconnus par l’AMF comme Prestataire de Services de Financement Participatif (PSFP) depuis fin 2023.

Bienprêter – Les chiffres

Comment investir sur Bienprêter ?

Investir sur Bienprêter est assez simple, rapide, et sans prise de tête. Si vous avez déjà navigué sur d’autres plateformes de financement participatif, vous allez voir que le processus est assez similaire et tout aussi fluide. Voici les grandes lignes pour vous lancer :

  1. Créez un compte sur Bienprêter : Comme pour toute première rencontre, on commence par se présenter. Ici, ça passe par une inscription classique où vous allez fournir quelques informations de base pour créer votre compte. Vous pouvez insérer le code de parrainage “U637DD6BCB53D8” pour obtenir 10€ après 200€ investis (au total). Vous devrez fournir vos coordonnées et des informations sur votre situation financière.
  2. Soumettez vos justificatifs (KYC) : C’est le moment de prouver que vous êtes bien qui vous prétendez être. Un petit selfie, une pièce d’identité, et quelques questions pour s’assurer que tout est en règle. C’est une étape obligatoire pour la sécurité de tous sur la plateforme.
  3. Choisissez les projets à financer : Ici, on arrive au cœur du sujet. Vous aurez accès à la liste des projets, chacun avec sa fiche détaillée : rendement attendu, durée, garanties, cotation,… Faites votre marché selon vos affinités et votre appétit pour le risque.
  4. Investissez dans les projets sélectionnés : Une fois que vous avez lu attentivement la fiche du projet et compris les risques, il ne vous reste plus qu’à indiquer le montant que vous souhaitez investir et à valider. Le montant minimum est de 20€ par projet.
  5. Recevez des remboursements : L’un des atouts sympas de Bienprêter, c’est la manière dont les intérêts vous parviennent : chaque mois, comme un complément de salaire. Pour le capital, pas de surprise, il revient à son port d’attache une fois le projet bouclé.

En vous lançant avec Bienprêter, vous élargissez vos horizons de placement et, en même temps, vous aidez les PME du coin à grandir, mais, juste pour que les choses soient claires : investir dans le crowdlending, n’est pas sans risque. Oui, vous pouvez voir votre argent faire des petits, mais vous devez être prêt à l’idée qu’une partie, voire la totalité, pourrait faire ses valises. N’oubliez pas la corrélation entre le rendement et le risque : plus le premier est élevé, plus le second l’est aussi.

logo-fortuneo
Bienprêter
  • Rendement moyen : 11,87 %
  • Durée moyenne : 16 mois
  • Projets financés : 3194 ( 69 M€)
  • Crowdfactoring
  • Intérêts mensuels
i
Voir l'offre


U637DD6BCB53D8 : 10€ offerts

Indicateurs Bienprêter : défauts et retards

Bienprêter fait parti des bons élèves qui affichent ses bulletins de notes en ligne. Grâce aux règles de l’association Financement Participatif France (FPF), dont Bienprêter est membre, la plateforme partage régulièrement des stats à jour, un peu comme son CV. C’est au pied de la page ou en cliquant directement sur ce lien, que vous pouvez retrouver ce qu’elle a réalisé les années passées. Un bon moyen d’analyser la solidité, même si les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

➡️ Depuis son coup d’envoi en 2018 jusqu’à aujourd’hui, en février 2024, pas l’ombre d’une perte définitive. En 2022, ils ont même sorti le chéquier pour couvrir le défaut d’un emprunteur, un geste qui a fait son petit effet même si, soyons réalistes, ça ne risque pas de se reproduire.

➡️ L’autre indicateur à suivre est le nombre de projets en retard, car un projet en retard peut se transformer en perte définitive. Mais pour 2023 et 2024, Bienprêter affiche un joli zéro pourcentage de retard, de quoi dormir un peu plus tranquille.

Les conflits d’intérêts entre Promup, Kimpli Invest et Bienprêter

Depuis un moment déjà, et ça continue de faire parler, il y a eu cette histoire qui tourne autour de Michael Martin, le dirigeant de Bienprêter, et de possibles conflits d’intérêt avec les sociétés Promup et Kimpli. Pour vous résumé : Michael Martin, avait des parts dans pas mal d’entreprises qui profitaient des services de Bienprêter. Évidemment, ça a soulevé pas mal de questions sur la structure, et les éventuels conflits d’intérêt.

Mais voilà, depuis quelques mois, Michael Martin a coupé les ponts en revendant ses parts, faisant le choix de se consacrer à plein temps au crowdlending avec Bienprêter. C’est également une contrainte imposée pour l’agrément PSFP, sachant que Bienprêter a obtenu cet agrément.

Bienprêter a pas mal communiqué là-dessus, que ce soit sur Twitter, via leur support client ou même dans un article de blog. Mais certaines personnes continuent à colporter des rumeurs ou lancer des suppositions, mais sans jamais rien apporter de concret. Chez Epargne Facile, on penche plutôt pour donner notre confiance à ceux qui jouent cartes sur table, en communiquant.

Les avantages et inconvénients

Bienprêter, c’est une plateforme avec son lot de bons côtés, mais aussi quelques points faibles. Voici le détail :

✅ Avantages

  1. C’est une plateforme française qui a son agrément PSFP.
  2. Le ticket d’entrée est accessible à tous, à seulement 20€.
  3. Les rendements sont attrayants, allant de 8 à 14%.
  4. Les projets sont réccurents.
  5. Aucun frais n’est prélevé sur les investisseurs.
  6. Chaque projet est assorti de garanties.
  7. Les remboursements sont effectués mensuellement.
  8. La plateforme a été récemment remise à neuve, avec un excellent dashboard.
  9. Le chat support est réactif.

❌ Inconvénients

  1. Il y a un manque de diversification en termes d’emprunteurs.
  2. Certains emprunteurs présentent de fortes dettes.
  3. L’absence de fonctionnalité de réinvestissement automatique.

Depuis que je me suis inscrit, j’ai pu observer Bienprêter évoluer et se transformer de manière positive. Que ce soit à travers la refonte de leur site web, l’amélioration de leur communication, ou l’arrivée de nouveaux emprunteurs, chaque changement a été un pas dans la bonne direction.

👍🏻 Ce qui me plaît particulièrement chez Bienprêter, c’est leur écoute de la communauté et leur transparence dans la communication. Ils préfèrent affronter les problèmes de front plutôt que de les ignorer. Cette approche me donne confiance dans le potentiel de croissance et l’avenir de la plateforme.

Mon avis sur Bienprêter

Mon expérience avec Bienprêter est positive, et je peux dire que j’y suis pas mal investi. Elle figure parmi les rares plateformes de crowdlending sur le marché français. Depuis que je me suis inscrit, je n’ai vu que du progrès, et il semblerait qu’elle ait encore quelques tours dans son sac pour l’avenir.

Si je devais pointer du doigt un aspect moins reluisant, ce serait la présence récurrente de certains emprunteurs, dont les situations financières m’interrogent. Pour ma part, je préfère limiter mes risques avec eux et chercher à diversifier au maximum mes investissements sur les autres emprunteurs.

Sa force, c’est sa politique de remboursement des intérêts sur une base mensuelle, une caractéristique pas si courante qui facilite grandement le réinvestissement et l’effet boule de neige des intérêts composés.

Côté communication, il y a eu une nette amélioration. Bienprêter joue la carte de la transparence, que ce soit sur Twitter, leur blog, ou par email, nous offrant ainsi un aperçu complet des personnes derrière cette plateforme.

Depuis que j’ai commencé cette aventure, j’ai investi sur 140 projets, avec un rendement moyen de 11,90%. Cela fait presque deux ans que je touche mes intérêts chaque mois, sans accroc. Actuellement, mon taux de retard ou de perte définitive est de 0%, et j’espère sincèrement que ça va durer.

Juste un petit rappel : investir, c’est prendre des risques, y compris celui de perdre partiellement ou totalement son investissement. Et cet article de blog est là pour partager des infos, rien de plus. Donc, prenez-le pour ce qu’il est, une source d’info, et pas comme un conseil d’investissement.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nos derniers articles :