Bank Run : comprendre et prévenir les paniques bancaires

par | Mar 22, 2023 | Banque | 0 commentaires

Le bank run, ou panique bancaire, est un phénomène qui peut provoquer une crise financière majeure. Cela se produit lorsqu’un grand nombre de déposants retirent leur argent d’une banque simultanément, craignant pour la solvabilité de l’institution financière. Dans cet article, nous allons explorer les différents aspects du bank run, y compris les déclencheurs, les conséquences et les mesures préventives.

Comprendre le phénomène du bank run

Le bank run, ou panique bancaire, est un événement où un grand nombre de déposants retirent leurs fonds d’une banque simultanément par crainte de la faillite de l’institution. Ce phénomène provoque une pression sur les liquidités de la banque et peut mener à son insolvabilité.

Le fonctionnement des banques repose sur le principe que les dépôts des clients sont utilisés pour accorder des prêts à d’autres clients. Les banques ne conservent qu’une petite fraction des dépôts en réserve, conformément aux exigences réglementaires. En conséquence, elles ne détiennent pas assez d’argent pour répondre à la demande de retrait de tous leurs clients en même temps.

Le bank run est souvent considéré comme une prophétie autoréalisatrice, où la peur de la faillite conduit les déposants à retirer leurs fonds, créant effectivement la situation redoutée. Cette peur peut s’étendre rapidement, provoquant des retraits massifs et mettant la banque en difficulté financière.

Les bank runs peuvent avoir des conséquences néfastes sur l’économie, en particulier si plusieurs banques sont touchées simultanément. Pour éviter ces situations, les gouvernements et les banques centrales mettent en place des mesures préventives et réglementaires. Parmi celles-ci, on trouve la mise en place de systèmes d’assurance-dépôts, qui garantissent aux épargnants que leurs fonds sont protégés jusqu’à un certain montant en cas de faillite de la banque, renforçant ainsi la confiance des déposants.

De plus, les banques sont soumises à des exigences en matière de réserves obligatoires, qui les obligent à détenir un certain niveau de liquidités pour faire face aux demandes de retrait des clients. Les banques centrales peuvent également jouer un rôle de prêteur en dernier ressort pour les banques en difficulté, leur fournissant des liquidités pour éviter la faillite.

Les déclencheurs du bank run

Les déclencheurs du bank run sont des facteurs variés qui suscitent la méfiance et la peur chez les déposants, les incitant à retirer leur argent de leur banque. Comprendre ces déclencheurs aide à prévenir et gérer les situations de panique bancaire.

  1. Rumeurs et informations négatives : Des rumeurs, qu’elles soient fondées ou non, peuvent rapidement semer le doute sur la solvabilité d’une banque. Les déposants craignant de perdre leur argent pourraient se précipiter pour le retirer, provoquant ainsi un bank run. Les informations concernant une mauvaise gestion, des scandales financiers ou une exposition excessive à des actifs à risque peuvent également inciter les déposants à retirer leurs fonds.
  2. Faillite d’autres institutions financières : Lorsqu’une institution financière fait faillite, cela peut provoquer une réaction en chaîne. Les déposants des banques voisines ou similaires peuvent craindre que leur propre banque ne soit également touchée et décider de retirer leur argent, déclenchant ainsi un bank run.
  3. Crise économique et financière : Pendant les périodes de récession ou de crise financière, les déposants peuvent perdre confiance dans l’économie et les institutions financières en général. Cette perte de confiance peut les amener à retirer leur argent des banques, ce qui peut déclencher un bank run. Lorsque la confiance dans le système financier est ébranlée, les déposants cherchent souvent à protéger leurs économies en les plaçant dans des investissements plus sûrs ou en les conservant sous forme de liquidités.
  4. Incertitude politique : Les changements politiques, les tensions géopolitiques ou les crises internationales peuvent créer un climat d’incertitude et de peur qui incite les déposants à retirer leurs fonds des banques. Les inquiétudes concernant la stabilité du gouvernement, les politiques économiques ou la situation internationale peuvent provoquer une perte de confiance dans les institutions financières, entraînant des retraits massifs.
  5. Perturbation des marchés financiers : Les chocs sur les marchés financiers, tels que les fluctuations conséquentes des taux de change, des taux d’intérêt ou des cours des actions, peuvent éroder la confiance des déposants et les inciter à retirer leur argent des banques. Ces perturbations peuvent mettre en évidence les vulnérabilités du système financier et provoquer une panique parmi les déposants.

En somme, les déclencheurs du bank run sont souvent liés à une perte de confiance dans la solvabilité et la stabilité des institutions financières. Une meilleure compréhension de ces déclencheurs peut aider à prévenir les crises bancaires et à renforcer la confiance dans le système financier.

Bank Run : la prophétie autoréalisatrice

Le phénomène du bank run peut être considéré comme une prophétie autoréalisatrice, où la croyance collective dans un événement futur conduit à la réalisation de cet événement. Dans le cas d’un bank run, les déposants retirent massivement leurs fonds d’une banque par crainte que celle-ci ne fasse faillite. Cette action entraîne une forte pression sur les liquidités de la banque, ce qui peut effectivement la pousser vers la faillite.

Lorsque les déposants commencent à retirer leur argent, les banques sont obligées de liquider leurs actifs pour satisfaire la demande de liquidités. Ces ventes d’actifs forcées peuvent réduire la valeur des actifs restants de la banque, ce qui aggrave encore la situation financière de l’établissement. De plus, si une banque ne parvient pas à honorer les demandes de retrait, cela peut renforcer les craintes des déposants et provoquer une panique encore plus grande.

La prophétie autoréalisatrice s’explique également par le comportement mimétique des déposants. Les individus ont tendance à suivre les actions des autres, surtout lorsqu’ils sont confrontés à une situation incertaine. Ainsi, si un certain nombre de déposants retirent leur argent, cela

peut inciter d’autres à faire de même, créant une réaction en chaîne. Cette dynamique collective peut alors rapidement transformer une situation de peur initiale en une véritable crise de liquidité pour la banque concernée.

Les banques fonctionnent généralement avec un système de réserves fractionnaires, ce qui signifie qu’elles ne conservent qu’une fraction des dépôts des clients sous forme de liquidités et prêtent le reste. Ce modèle repose sur la confiance des déposants et sur le fait que tous les clients ne demanderont pas en même temps le retrait de leurs fonds. Cependant, lorsqu’un bank run se produit, ce modèle peut être mis à rude épreuve et conduire à une crise de liquidité.

Dans certains cas, la simple perception d’un risque peut suffire à déclencher un bank run, même si la banque est solide sur le plan financier. Par conséquent, les autorités de régulation et les gouvernements doivent mettre en place des mécanismes pour prévenir et gérer les bank runs. Parmi ces mécanismes figurent la garantie des dépôts par des organismes tels que la FDIC aux États-Unis, des exigences de fonds propres pour les banques et des interventions d’urgence de la banque centrale pour fournir des liquidités aux banques en difficulté.

Les dépôts font les crédits

Le concept selon lequel “les dépôts font les crédits” est un principe clé du système bancaire moderne, qui repose sur la pratique des réserves fractionnaires. Les banques acceptent les dépôts des clients et utilisent une partie de ces fonds pour accorder des prêts à d’autres clients. Cependant, les retraits massifs, comme ceux observés lors d’un bank run, peuvent mettre en danger la stabilité financière des banques. Voici pourquoi :

  1. Liquidités insuffisantes : Comme les banques ne conservent qu’une fraction des dépôts sous forme de liquidités, elles peuvent manquer de fonds pour satisfaire les demandes de retrait lors d’un bank run. Si les banques sont incapables de répondre aux demandes de retrait, cela peut renforcer les craintes des déposants et intensifier la panique, aggravant ainsi la crise.
  2. Vente d’actifs à perte : Pour faire face aux demandes de retrait, les banques peuvent être contraintes de vendre rapidement des actifs, parfois à des prix inférieurs à leur valeur marchande. Ces ventes peuvent entraîner des pertes pour la banque, affaiblissant sa position financière et exacerbant la crise.
  3. Effet sur le crédit : Lorsque les banques sont confrontées à des retraits massifs, elles peuvent devoir réduire leur activité de prêt pour préserver leurs liquidités. Cela peut entraîner une contraction du crédit, rendant plus difficile pour les entreprises et les particuliers d’emprunter de l’argent. Cette réduction du crédit peut, à son tour, affecter l’économie dans son ensemble, provoquant un ralentissement économique ou même une récession.
  4. Risque de contagion : Un bank run sur une banque peut également créer un effet de contagion, où les déposants d’autres banques, craignant pour la sécurité de leurs fonds, commencent également à retirer leur argent. Cette contagion peut provoquer une crise financière plus large, affectant l’ensemble du système bancaire et, par extension, l’économie.
  5. Perte de confiance : Les retraits massifs et les bank runs peuvent entraîner une perte de confiance dans le système financier. Cette perte de confiance peut avoir des répercussions durables sur l’économie, car les consommateurs et les investisseurs peuvent hésiter à déposer de l’argent dans les banques ou à investir dans des projets et des entreprises.

En résumé, les retraits massifs lors d’un bank run mettent en danger les banques en provoquant une crise de liquidité, en les obligeant à vendre des actifs à perte, en contractant le crédit et en sapant la confiance dans le système financier. Les autorités de régulation et les gouvernements peuvent intervenir pour prévenir les bank runs en mettant en place des mécanismes de garantie des dépôts, en surveillant de près les pratiques bancaires risquées et en prenant des mesures pour stabiliser le système financier en cas de crise. Cela peut inclure des injections de liquidités, des garanties de prêts et des interventions pour sauver des banques en difficulté.

Les bank run célèbres de l’histoire

Au fil des années, plusieurs bank runs notables ont eu un impact majeur sur les économies et les systèmes financiers. Voici quelques-uns des plus célèbres :

Panique de 1907

La panique de 1907, également connue sous le nom de Knickerbocker Crisis, a été déclenchée par une série de faillites bancaires et une crise de confiance aux États-Unis. La faillite de la Knickerbocker Trust Company a provoqué une panique généralisée parmi les déposants, entraînant des retraits massifs et la fermeture de nombreuses autres banques. Cette crise a conduit à la création de la Réserve fédérale en 1913 pour stabiliser le système financier américain.

Grande Dépression des années 1930

La Grande Dépression a été marquée par une série de bank runs aux États-Unis et dans d’autres pays. La panique de 1930-1933 a conduit à la fermeture de milliers de banques et a exacerbé la crise économique. En réponse à ces événements, le gouvernement américain a mis en place la FDIC (Federal Deposit Insurance Corporation) pour garantir les dépôts bancaires et prévenir les bank runs futurs.

Crise financière asiatique de 1997-1998

La crise financière asiatique a été déclenchée par une série de dévaluations monétaires et de bank runs dans plusieurs pays asiatiques, notamment la Thaïlande, la Corée du Sud et l’Indonésie. Les déposants ont retiré massivement leurs fonds des banques, aggravant la crise et entraînant des faillites bancaires et des récessions économiques dans la région.

Crise financière de 2008

La crise financière mondiale de 2008 a également été marquée par des bank runs, en particulier sur des banques d’investissement et des établissements de crédit. Le cas le plus emblématique est celui de la banque britannique Northern Rock, qui a subi un bank run en 2007, conduisant à sa nationalisation. La crise a également affecté d’autres banques, telles que Bear Stearns et Lehman Brothers, qui ont finalement fait faillite.

Ces bank runs célèbres de l’histoire soulignent l’importance de la confiance dans le système financier et la nécessité de mettre en place des mécanismes de protection pour prévenir et gérer les crises bancaires.

Comment empêcher le bank run ?

Pour empêcher les bank runs, plusieurs mesures préventives peuvent être mises en place par les banques et les gouvernements :

  1. Régulation et supervision bancaire : Des régulations strictes et une supervision adéquate des institutions financières permettent de garantir leur stabilité et de minimiser les risques associés à leurs activités. Les autorités de régulation surveillent les banques pour s’assurer qu’elles respectent les normes de gestion des risques, de liquidité et de capital.
  2. Assurance des dépôts : L’introduction de systèmes d’assurance-dépôts protège les épargnants en garantissant leurs dépôts jusqu’à un certain montant en cas de faillite bancaire. Cela renforce la confiance des déposants et réduit le risque de retraits massifs. Par exemple, la FDIC aux États-Unis et le Fonds de Garantie des Dépôts et de Résolution (FGDR) en France garantissent les dépôts jusqu’à 250 000 $ et 100 000 €, respectivement.
  3. Communication et transparence : Une communication ouverte et transparente de la part des banques et des autorités régulatrices peut contribuer à renforcer la confiance des déposants et à prévenir les rumeurs et les malentendus qui peuvent déclencher un bank run.
  4. Accès à la liquidité d’urgence : Les banques centrales peuvent agir en tant que prêteurs de dernier recours pour fournir des liquidités aux banques en difficulté. En cas de retraits massifs, les banques peuvent ainsi emprunter de l’argent à la banque centrale pour faire face à leurs obligations envers les déposants.
  5. Plafonds de retraits : En cas de crise ou de panique bancaire, les banques ou les gouvernements peuvent imposer des plafonds de retraits temporaires pour limiter la quantité d’argent qu’un déposant peut retirer sur une période donnée. Cette mesure peut aider à ralentir la propagation de la panique et à préserver la liquidité des banques.
  6. Prévention des risques systémiques : Les gouvernements et les régulateurs doivent identifier et gérer les risques systémiques qui pourraient provoquer des bank runs généralisés. Cela inclut la surveillance des marchés financiers et l’identification des bulles spéculatives, des déséquilibres macroéconomiques ou des risques liés à la contagion financière.

En combinant ces mesures préventives, les banques et les gouvernements peuvent réduire considérablement le risque de bank runs et maintenir la stabilité du système financier.

Conclusion

En conclusion les bank runs représentent un risque significatif pour la stabilité des systèmes financiers et peuvent entraîner de graves répercussions sur l’économie dans son ensemble. La compréhension des éléments déclencheurs et des mécanismes autoréalisateurs qui amplifient ces événements est essentielle pour anticiper et gérer de telles crises. Il est crucial que les gouvernements et les institutions bancaires collaborent étroitement pour mettre en place des régulations et des mesures préventives robustes afin de protéger les déposants, préserver la confiance et garantir la stabilité financière. Les exemples historiques de bank runs soulignent l’importance de rester vigilant face aux signes de faiblesse dans le secteur bancaire et de toujours chercher à renforcer la résilience du système financier.

FAQ – Bank run

Qu’est-ce qu’un “Bank Run” ou une panique bancaire ?

Un “Bank Run” ou une panique bancaire se produit lorsque de nombreux clients d’une banque retirent leurs dépôts en même temps, généralement parce qu’ils craignent que la banque ne fasse faillite.

Pourquoi un “Bank Run” est-il dangereux pour une banque ?

Les banques fonctionnent sur le modèle de la réserve fractionnaire, ce qui signifie qu’elles ne conservent pas en liquide la totalité des dépôts de leurs clients. Si trop de clients retirent leurs fonds en même temps, la banque pourrait ne pas avoir assez de liquidités pour couvrir ces retraits, ce qui peut entraîner sa faillite.

Quels sont les signes avant-coureurs d’un “Bank Run” ?

Les signes avant-coureurs d’un “Bank Run” peuvent inclure une mauvaise performance financière de la banque, des rumeurs de difficultés financières, ou une perte de confiance dans la stabilité de l’économie en général.

Comment les banques peuvent-elles prévenir un “Bank Run” ?

Les banques peuvent prévenir un “Bank Run” en maintenant des niveaux de liquidité appropriés, en gérant efficacement les risques financiers, en communiquant ouvertement avec leurs clients en cas de rumeurs ou de mauvaises performances financières, et en inspirant confiance dans leur stabilité financière.

Quel rôle jouent les banques centrales en cas de “Bank Run” ?

Les banques centrales peuvent jouer un rôle crucial pour prévenir ou arrêter un “Bank Run”. Elles peuvent servir de prêteur de dernier recours pour les banques en difficulté, fournissant les liquidités nécessaires pour satisfaire les demandes de retrait des clients.

Que peut faire un client de banque pour se protéger contre un “Bank Run” ?

Les clients peuvent se protéger en diversifiant leurs dépôts entre différentes banques et en se tenant informés de la santé financière de leur banque. Dans de nombreux pays, les dépôts bancaires sont assurés jusqu’à un certain montant.

Qu’est-ce que l’assurance des dépôts bancaires ?

L’assurance des dépôts bancaires est un système qui protège une partie des dépôts des clients en cas de faillite de la banque. En France, par exemple, le Fonds de Garantie des Dépôts et de Résolution garantit les dépôts jusqu’à 100 000 euros par client et par établissement.

Quels ont été les plus grands “Bank Runs” de l’histoire ?

Il y a eu plusieurs “Bank Runs” notables dans l’histoire, notamment pendant la Grande Dépression aux États-Unis dans les années 1930, ou plus récemment lors de la crise financière de 2008 avec la faillite de Northern Rock au Royaume-Uni.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nos derniers articles :